Thèse soutenue

Contribution à l'étude de la dimérisation et d'un polymorphisme du récepteur des oestrogènes

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Patrice Barraillé
Direction :  Faye
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Pharmacologie moléculaire
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Toulouse 3

Résumé

FR

Les strogenes induisent une reponse cellulaire par l'intermediaire d'un recepteur nucleaire (le re). L'activation de ce recepteur par le ligand est un processus qui debute par sa dissociation du complexe de proteines chaperonnes qui le maintiennent sous une forme inactive. Le recepteur ainsi libere se dimerise, se lie a l'adn et interagit avec la machinerie transcriptionnelle pour activer la transcription des genes cibles. Les strogenes sont responsables de la proliferation d'environ 60% des cancers du sein et l'utilisation d'anti-strogenes constitue actuellement le traitement le plus efficace contre cette maladie. Afin de tester la capacite des differents anti-strogenes a moduler la dimerisation du recepteur nous avons mis au point un systeme d'analyse in vivo des interactions proteine-proteine chez e. Coli (two hybrid system). Cette etude in vivo confirme la localisation d'un site de dimerisation dans le domaine de liaison de l'hormone prealablement observe in vitro. Cependant, chez e. Coli, la dimerisation que nous observons est independante de l'induction par l'stradiol ou par les anti-strogenes du type ici ou tamoxifene. Ceci suggere que la regulation de la dimerisation par les strogenes ne serait pas le resultat d'une potentialisation intrinseque du recepteur mais la modification des interactions que le re etablit avec des proteines de choc thermique eucaryotes absentes ou inactives chez e. Coli. Les anti-strogenes que nous avons etudie semblent controler une autre etape de l'activation du recepteur que la dimerisation. Le tamoxifene est un compose qui induit des effets anti-strogeniques sur le sein et des effets strogeniques sur l'uterus ou les os. Cette heterogeneite pourrait decouler de l'expression d'un polymorphisme du re. Nous avons mis en evidence dans la lignee humaine de cancer mammaire mcf-7 l'expression, soumise a regulation, d'une isoforme de 45 kda (re45). La presence de cette isoforme tronquee dans sa partie n-terminale ne resulte ni d'une proteolyse du re67 ni de l'expression d'un arnm presentant une nouvelle sequence codante. L'etude de la traduction d'un arn contenant la region codant pour le re montrent que les deux formes du recepteur sont traduites a partir de la meme population d'arn. La traduction du re67 est initiee au niveau de l'aug1 et celle du re45 au niveau des augs 174 et/ou 176. L'insertion en amont du cadre de lecture du recepteur, de structures en tige boucle capables de bloquer l'entree des ribosomes par l'extremite 5' de l'arn et la construction d'arns bicistroniques nous a permis de montrer l'existence d'un mecanisme d'entree interne des ribosomes sur l'arn qui permet l'initiation sur les aug 174 et/ou 176. Ces resultats suggerent que le dimorphisme re67/re45 observe dans la lignee mcf-7 pourrait etre controle au niveau traductionnel