Thèse soutenue

Processus d'intercalation dans le disulfure de titane, études expérimentale (microscopies à champ proche et spectroscopie photoélectronique à rayonnement X) et théorique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Hervé Martinez
Direction : Geneviève Pfister
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie - Physique
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Pau

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR

Dans le domaine des nouveaux matériaux, les solides de basse dimensionalité et leurs composes d'intercalation suscitent un intérêt croissant en raison des propriétés physiques particulières, électriques, magnétiques ou mécaniques, qu'ils peuvent présenter. Pour la maîtrise de ces propriétés, il est essentiel de connaître les modifications structurales et électroniques associées a l'intercalation. Ce travail s'inscrit dans cette préoccupation: il rend compte de l'utilisation conjointe et concertée de techniques expérimentales (spectroscopie photoélectronique a rayonnement x et microscopies a champ proche) et théoriques (méthodes de Huckel entendue, ab initio Harttree Fock et fonctionnelle densité) de caractérisation de la structure électronique et cristallographique, pour l'étude du processus d'intercalation dans le disulfure de titane. Le mémoire comporte deux parties: la première est consacrée a une analyse des techniques de microscopies a champ proche: microscopie a effet tunnel et microscopie a force atomique. Les problèmes d'interprétation des images en résolution atomique et les difficultés de prise en compte de la totalité des problèmes physiques mis en jeu dans ces techniques sont identifies, et illustres a partir de l'étude expérimentale et théorique d'un compose pseudo-lamellaire: alpha SNS. Ces premiers travaux confirment l'importance de la confrontation d'expériences SPX, d'imagerie a champ proche et de calculs pour une interprétation correcte des images. La deuxième partie du mémoire concerne l'application de la méthodologie ainsi établie a l'étude du disulfure de titane et de ses composes d'intercalation par des entités chimiques simples, telles que le fer ou l'argent, ou plus complexe tel que le sulfure de plomb. Pour les matériaux choisis, la confrontation de deux méthodes expérimentales, spectroscopie SPX et microscopies a champ proche, confrontées a des méthodes théoriques de calcul de densités d'état électroniques, s'avère un moyen performant pour la compréhension des propriétés particulières des composes