Thèse soutenue

Lésions ultrastructurales précoces provoquées par le plutonium 239 injecté par voie intraveineuse chez le rat

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Danee R. Thannoo
Direction : Pierre Galle
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Ssciences de la vie et de la santé. Radiotoxicologie
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Paris 12

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Les activites developpees au sein de l'industrie nucleaire sont susceptibles de conduire a des contaminations accidentelles par le plutonium239. Depuis sa decouverte en 1941, de nombreuses etudes ont ete realisees sur la biocinetique et la distribution de ce transuranien chez l'animal. Ces etudes demontrent qu'independamment du mode d'administration, le plutonium se fixe preferentiellement dans le squelette, le foie, la rate, les reins et les gonades. Cependant, a notre connaissance aucune etude n'a ete entreprise sur les lesions subcellulaires precoces provoquees par le plutonium239 au sein de ces sites de retentions majeurs. L'etude ici realisee montre que le citrate de plutonium239 administre par voie intraveineuse a des doses comprises entre 46,25 kbq et 1kbq provoque des alterations mitochondriales majeures chez le rat. Les organes les plus sensibles sont les reins et la moelle osseuse. Dans le rein, seule les cellules des tubes contournes proximaux (tcp) et les cellules glomerulaires sont atteintes. Les mitochondries de ces cellules sont gonflees et leurs cretes sont partiellement ou totalement detruites. Aux lesions mitochondriales sont associees des alterations des bordures en brosse et des betacytomembranes. Ces alterations mitochondriales sont egalement observees au niveau des differentes cellules souches de la moelle osseuse. Les macrophages et les lymphocytes jeunes sont plus particulierement alteres. Comparativement, les hepatocytes sont moins atteints bien que quelques destructions des enveloppes mitochondriales aient ete constatees. L'origine de ces alterations est discutee. En effet, elles peuvent etre liees: 1) a une action directe des particules alpha emises par le plutonium sur les mitochondries, 2) a une action indirecte des particules alpha par l'intermediaire des radicaux libres, 3) a une toxicite chimique de l'element plutonium ou 4) a une action des particules alpha sur les genomes des cellules precedemment inalterees