Thèse soutenue

Developpement de biotechnologies pour ameliorer la resistance du cotoneaster au feu bacterien : methode d'induction et de selection de mutants modeles d'etude des interactions cotoneaster - erwinia amylovora

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : CARINE MONIER
Direction : M.-N. BRISSEL
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Paris 11

Résumé

FR

Le genre cotoneaster regroupe de nombreux arbustes aux qualites ornementales reconnues, de grande importance economique en horticulture et en paysage. Toutefois, la sensibilite au feu bacterien de l'ensemble de ses especes limite son utilisation. La presence d'apomixie et de polyploidie, ainsi que l'absence de source naturelle de resistance forte, compliquent l'utilisation de l'hybridation pour l'amelioration du genre. Une approche biotechnologique offre des perspectives interessantes: variation somaclonale, mutagenese, transfert de genes, et selection in vitro des regenerants. Alors qu'aucune bibliographie sur le genre cotoneaster n'existait, les conditions de micropropagation, de callogenese sur feuilles, d'initiation et de maintien de suspensions cellulaires ont ete etablies pour six genotypes. Des neoformations de bourgeons ont pu etre obtenues a partir de cals de tiges pour deux genotypes: c. Franchetii et c. Lacteus. Des protoplastes issus de suspensions cellulaires montrent une capacite importante a la division, a condition de respecter un protocole strict, tant au niveau du materiel de depart que des conditions d'isolement et de culture. Une proportion importante de protoplastes de c. Franchetii, c. Lacteus et c. Dammeri'skogholm'forme des microcals dans differents systemes de culture (2 a 11%). Une grande capacite a la proliferation de l'ensemble des tissus indifferencies a ete observee. L'interaction cotoneaster/erwinia amylovora a ete etudiee sur microboutures, cellules et protoplastes. L'inculation de vitroplants a montre que des distinctions fines de sensibilite etaient possibles. Des co-cultures bacteries-cellules vegetales et bacteries-protoplastes ont ete mises au point, et permettent d'envisager l'etude des mecanismes de la pathogenese au niveau cellulaire. De plus, la mortalite cellulaire induite par des filtrats de(co-)cultures cellules-bacteries semble montrer la presence de substances toxiques produites par les bacteries, qui pourraient servir de pression de selection. L'ensemble des resultats acquis permet de proposer une methode d'amelioration basee sur l'induction de variabilite, l'utilisation de pressions de selection et un tri precoce des regenerants