Thèse soutenue

Mise en evidence de proteines apparentees a l'arrestine chez les vegetaux. Implications possibles dans la croissance et le developpement des plantes

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : ALI MIRSHAHI
Direction : A. NATO
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Paris 11

Résumé

FR

Le but de notre travail etait de caracteriser des proteines apparentees a l'arrestine visuelle (ou antigene-s) des mammiferes chez des vegetaux. Cette proteine de 48 kda intervient dans la regulation de la phototransduction dans les photorecepteurs de la retine. Elle appartient a une famille de proteines homologues, les arrestines, qui ont un role regulateur dans differents systemes de transduction des signaux medies par des proteines g. La croissance, la differenciation et le developpement des plantes superieures sont des processus controles par des facteurs d'environnement (lumiere) et des stimuli endogenes (hormones). Nous avons recherche l'expression de proteines homologues a l'arrestine dans des modeles de cultures in vitro de cellules de tabac, chez l'algue verte unicellulaire chlamydomonas, dans differents organes de ble, les tubercules de pomme de terre et au cours du processus de l'embryogenese somatique chez le ble. Nos resultats, bases sur des reconnaissances immunochimiques, ont permis de mettre en evidence plusieurs proteines reconnues par des anticorps monoclonaux diriges contre l'arrestine bovine: 1) une proteine soluble de masse moleculaire 38-41 kda, presente dans les differents organes des plantes superieures cultivees a l'obscurite ou a la lumiere ; 2) une proteine cytosolique de 29-32 kda, presente dans les cellules embryogenes de ble capables de differencier des structures chloroplastiques a la lumiere, 3) une ou deux proteines membranaires liees aux complexes proteines-pigments du photosysteme ii des thylakoides de chlamydomonas et du tabac. La decouverte de ces molecules apparentees a l'arrestine permet de supposer qu'elles seraient impliquees dans les processus de morphogenese vegetale. Leurs fonctions, qui restent a elucider, pourraient, comme celles des arrestines animales, concerner la regulation de voies de transduction de signaux lumineux et hormonaux