Thèse soutenue

Etude des genomes de la levure saccharomyces cerevisiae : variabilite genetique, regulations et maturations transcriptionnelles

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Guy-Franck Richard
Direction : François Lacroute
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Paris 6

Résumé

FR

La stabilite et l'expression d'un genome sont a la base de la survie, de la reproduction et de l'evolution d'une cellule. Dans un organisme eucaryote comme la levure de biere saccharomyces cerevisiae, ces phenomenes peuvent etre etudies dans deux compartiments distincts, la mitochondrie et le noyau. La premiere partie de ce travail a porte sur l'etude des transcrits d'un gene mitochondrial (lsu1) contenant un intron de groupe i (sc-lsu. 1). Nous avons pu montrer que certains transcrits de ce gene etaient associes in vivo avec un complexe macromoleculaire de coefficient de sedimentation 50s, complexe intervenant vraisemblablement dans la maturation de ces transcrits. Nous avons egalement, lors de cultures sequentielles, cherche des mutants spontanes ayant perdu l'intron sc-lsu. 1. La deuxieme partie de ce travail a permis d'etablir, dans le cadre du programme de sequencage systematique et d'analyse fonctionnelle du genome nucleaire de la levure, une carte des genes transcrits du chromosome xi, dans differentes conditions de vie cellulaire. Nous avons montre que les nouveaux genes decouverts par la sequence s'exprimaient de la meme maniere que les genes deja connus, et que certaines regions du chromosome contenaient des genes plus fortement transcrits. La variabilite du genome nucleaire de la levure a ete abordee a travers l'etude des repetitions de trinucleotides. Nous avons montre que les repetitions parfaites de trinucleotides, dans des genes ou dans des regions intergeniques, montraient un certain degre de polymorphisme. Les repetitions imparfaites (interrompues par un ou plusieurs triplets differents du consensus) ne montrent pas de polymorphisme dans les differentes souches etudiees. Ce phenomene ressemble a ce qui est observe dans certaines affections neurologiques humaines et donne des indications sur les mecanismes possibles responsables de cette variabilite.