Thèse soutenue

L'ecologisme aux etats-unis : le cas des forets du nord-ouest pacifique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : François Duban
Direction : Daniel Royot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études nord-américaines
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Paris 3

Résumé

FR  |  
EN

La distinction, a la fin du siecle dernier, entre "conservation" et "preservation", est a l'origine des deux courants de l'envinnementalisme americain contemporain : l'environnementalisme dominant, anthropocentrique, et l'environnementalisme "radical", biocentrique. L'environnementalisme est des 1970 institutionnalise. C'est a cette epoque que commence sur le courant radical du mouvement l'influence de l'"ecologie profonde", d'inspiration biocentrique, tres critique a l'egard de l'anthropocentrisme dominant de la tradition americaine. Cette mise en perspective donne sa signification a l'affaire de la chouette tachetee dans le nord-ouest, ou elle paralysa l'exploitation forestiere par le biais de la procedure. L'environnementalisme provoque par ailleurs de vives reactions, dont la yellow ribbon coalition des bucherons, etle wise use movement. Des conflits semblables se retrouvent dans l'evolution vers une "ecologisation" de la politique des agences responsables de la gestion des terres federales (national park service, forest service et blm). Le pouvoir politique quant a lui doit prendre en compte le poids de l'environnementalisme, dont on propose une etude a travers les sondages, le fonctionnement des grandes organisations, les origines sociales de ses adherents, l'influence des medias. Ainsi les dispositions du plan clinton pour la foret (1994) peuvent etre interpretees comme la manifestation du passage de la tradition de la frontiere a un nouveau paradigne social ou l'ecologisme jour un role essentiel. En redefinissant les rapports de la societe a la nature, l'ecologisme conduit au reexamen d'une notion essentiellement americaine, celle de nature sauvage. Victime de sa popularite, envahie, elle perd son essence. Dans le meme temps, le theme de la sauvageries (wildness par opposition a wilderness) connait une faveur grandissante. La culture americaine continue donc son exploraton privilegiee du concept de "nature". Elle tente d'etablir avec celle-ci des rapports radicalement nouveaux, inspires par l'ecologisme, a l'oppose de la tradition de domination et d'exploitation.