Thèse soutenue

Elevage expérimental de la perche Perca fluviatilis L. : développement larvaire et croissance

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Raphaël Sourou Vlavonou
Direction : Jean-Claude Moreteau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la vie
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Metz

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Des embryons de perche sont récoltés en milieu naturel et incubés en structures hors sol. Les larves sont nourries avec artemia. A l'éclosion, les systèmes visuel, respiratoire, digestif, et urinaire de la perche ne sont pas développés. La rétine de l'œil, de type pur cône à l'éclosion, présente quelques doublets de cônes à l’âge de trois semaines ; les bâtonnets apparaissent à partir de l’âge de quatre semaines. Le système branchial, réduit à une simple baguette cartilagineuse à l'éclosion, compte huit à dix lamelles secondaires à l’âge de trois semaines. La vessie natatoire, non fonctionnelle à l'éclosion, est remplie d'air atmosphérique dès l’âge de deux jours. Le tube digestif, simple et rectiligne à l'éclosion, se développe progressivement avec différenciation des trois régions. La résorption de la vésicule vitelline, observée dès l’âge de deux jours est complète à l’âge de deux semaines. Le rein, limité à un pronephros à l'éclosion, apparait dès l’âge de trois semaines, comme un mesonephros glomerule avec la structure du rein de la perche adulte. Le squelette, entièrement cartilagineux à l'éclosion, commence par s'ossifier au stade de trois semaines. A cet âge, on note l'apparition des trois coeca pyloriques. L'étude zootechnique de l'élevage larvaire met en lumière la nécessité d'un milieu renouvelé. Les larves n'acceptent pas l'aliment artificiel. Les nauplii d'artemia constituent une excellente nourriture dès l’âge de deux jours. Les larves atteignent une longueur totale moyenne de douze mm avec une survie élevée à l’âge de deux semaines. A partir d'une longueur totale de seize mm, les alevins peuvent être initiés pour la prise d'aliment artificiel avec une survie élevée. Des perches produites extensivement en étang, sont également sevrées avec des taux de survie comparables lorsque leur taille moyenne ne dépassé pas cent mm. La survie est plus faible pour des perches plus grandes. Le tri sépare les perches de même âge en différents lots qui n'ont pas au même moment, la même vitesse de croissance. L'hétérogénéité des tailles au sein d'une population de perches issues d'une même ponte, s'explique par un effet de dominance. L'action de la température n'est pas significative sur la croissance des juvéniles lorsque les poissons sont élevés à température constante dans la gamme thermique de croissance optimale. Au cours de leur développement, la croissance des perches s'accorde avec un modèle exponentiel. La vitesse de croissance en masse peut être prédite grâce a un modèle qui dépend de la masse initiale et de l'indice de conversion de l'aliment artificiel. Il présente l'intérêt de faciliter la gestion des stocks en élevage. Des perches aptes au filetage, peuvent être produites intensivement en seize mois, à partir des larves fraîchement écloses