Thèse soutenue

Essai de traduction partielle du Coran en berbère : vocabulaire religieux et néologie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Kamal Naït-Zerrad
Direction : Salem Chaker
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études africaines. Berbère
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Paris, INALCO

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

En prenant comme projet une traduction partielle du Coran, ce travail présente une possibilité d'intervention sur une langue presque exclusivement orale, le berbère. Dans la perspective d'un aménagement linguistiuqe et d'une volonté de s'insérer dans la modernité, les moyens d'agir sur la langue sont étudiés et mis en pratique à travers cette traduction. L'introduction présente le cadre général dans lequel s'inscrit ce travail, avec un bref aperçu sur la littérature religieuse en berbère et sur les manuscrits anciens. Les différents systèmes de transcription du berbère utilisés aujourd'hui sont ensuite passés en revue. On y trouvera également les grands axes de travail qui ont été suivis, c'est-à-dire le choix de la forme de la langue utilisée pour cette traduction, le mode d'intervention sur le lexique et les procédures de traduction. Le chapitre suivant décrit le système de transcription utilisé dans ce travail : l'alphabet retenu est d'abord présenté, puis les conventions d'écriture les plus importantes sont indiquées. Le troisième chapitre présente le lexique religieux berbère existant à tavers un certain nombre de notions religieuses fondamentales que l'on trouve dans les religions monothéiotes et d'autres particulières à la religion musulmane. Un commentaire accompagne l'équivalent ou l'adaptation en berbère de ces notions. Le quatrième chapitre présente les modes d'intervention sur le lexique et la morphosyntaxe. Les différentes procédures de création lexicale sont indiquées : les néologismes de formes et les néologismes de sens. Nous présentons ensuite la répartition de ces néologismes et enfin es innovations morphosyntaxiques. Le chapitre suviant coprend le lexique utilisé dans la traduction. Les entrées sont constituées par les radicaux consonantiques, tous les dérivés se trouvant dans un mêmearticle. Eles sont classées dans l'ordre alphabétique et sont numérotées. Chaque entrée nominale ou verbale est indiquée avec les attributs quila définissent complètement. Le cinquième cxhapitre présente la traduction proprement dite des 49 sourates choisies. Une brève introduction explique la procédure suivie pour la traduction, réalisée principalement à partir de l'exégèse coranique et des travaux des orientalistes. Enfin, un index alphabétique des néologismes ou mots kabyles rares avec renvoi au lexique au facilite leur recherche. Il indique également leur mode de formation.