Thèse soutenue

Analyse numérique des écoulements d'eau et de la consolidation des sols autour de tunnels creusés dans l'argile

FR
Auteur / Autrice : Mohamed Atwa
Direction : Jean-Pierre Magnan
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences et techniques
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Marne-la-vallée, ENPC
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Jean Biarez, Peter Egger, Éric Leca
Rapporteurs / Rapporteuses : Richard Kastner, Isam Shahrour

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse étudie les écoulements hydrauliques autour des tunnels creusés en terrains aquifères et analyse les déformations induites par la consolidation du massif en présence de sols compressibles. Le mémoire comporte plusieurs synthèses bibliographiques portant sur les problèmes liés aux écoulements hydrauliques vers un ouvrage souterrain, sur les méthodes de calculs existantes pour l’étude de ces écoulements, sur la réponse hydromécanique des massifs de sols au creusement de tunnel (observations de chantiers), sur les techniques proposées pour simuler la construction d’un tunnel par la méthode des éléments finis et sur les approches de calculs développés pour le traitement de la consolidation d’un massif en présence d’une nappe à surface libre. Plusieurs études numériques ont été réalisées à l’aide du progiciel CESAR-LCPC. La méthode des éléments finis a été utilisée pour analyser les écoulements autour de tunnels en conditions bidimensionnelles et tridimensionnelles, en régimes permanent et transitoire. Différentes configurations sont étudiées considérant un massif indéformable, pour étudier le rôle de l’anisotropie de perméabilité des massifs, leur stratification, et le rôle du revêtement de la paroi du tunnel et de différentes dispositions proposées pour atténuer l’effet des écoulements au front en cours de construction. La réponse d’un massif de sols compressibles au creusement d’un tunnel a été analysée par des calculs hydromécaniques couplés et un modèle de comportement élastoplastique adapté aux sols anisotropes MELANIE. Les résultats de calcul sont comparés à ceux obtenus par des analyses drainées et non drainées. L’approche non drainée a, d’une part, été adoptée pour étudier la réponse des massifs relativement raides à la méthode de creusement par prédécoupage et pour analyser le comportement de la prévoûte au cours des différentes phases de la construction. La thèse présente, de plus, une contribution au développement du code de calcul CESAR-LCPC. La programmation du modèle MELANIE dans CESAR-LCPC a été adaptée pour traiter la variation de la contrainte de préconsolidation et des modules d’élasticité avec la profondeur, et pour actualiser le coefficient de perméabilité du sol en fonction de la variation de l’indice des vides. Une approche est, par ailleurs, proposée pour le traitement de la consolidation en présence d’un niveau piézométrique variable en utilisant les généralisations de Richards (1931) et de Bishop (1960) pour le traitement de l’écoulement et du couplage au-dessus de la surface libre. Cette approche a été programmée dans un nouveau module s’intégrant dans le code CESAR-LCPC et a été appliquée à l’étude de la consolidation d’un massif sous le chargement d’une fondation et suite à la réalisation d’un tunnel. Ce travail s’achève par la modélisation d’un ouvrage instrumenté : le tunnel de Grimsby, creusé dans un massif argileux compressible. Les calculs ont été réalisés avec différentes lois de comportement (MELANIE, élasticité isotrope et anisotrope et élastoplasticité isotrope), et avec différentes hypothèses pour le traitement du couplage au-dessus du niveau piézométrique ; les résultats ont été comparés aux tassements de surface mesurés sur une période de onze ans après la construction.