Thèse soutenue

Logique internationale et logique étatique : l'impossible capture de l'humanité

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Agnès Lejbowicz
Direction : Claude Lefort
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Paris, EHESS

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Loin de deplorer la carence du droit international en le considerant comme un droit deficitaire parce qu'il n'aurait pas la meme force de coercition que le droit etatique pour se faire respecter, il nous importe de cerner comment il parvient a resister a la logique de l'etat, pour empecher la mutation de la communaute humaine en un unique super-etat. La logique de l'etat, comme logique du pouvoir, s'oppose a la logique de la societe internationale comme logique de l'egalite (egalite des etats, des organisations internationales et des individus) et logique de la dispersion des pouvoirs. La societe internationale est une societe civile en expansion qui fait contrepoids a la logique etatique. Le droit international legitime la souverainete des etats, de tous les etats, et tend, en raison de son principe de base qui est celui de l'autodetermination des peuples, a en accroitre le nombre et non a transformer la scene internationale en une scene politique unique. Ainsi la logique internationale n'efface en rien la logique etatique, au contraire, elle la suppose et s'appuie sur elle : elle en est le complement, l'envers, le defaut, mais aussi la vertu et le miroir. Le droit international nous dit l'interet qu'il y a a garder la figure multiple des etats, car le partage des terres en territoires soumis aux pouvoirs etatiques permet la stabilisation des populations, leur confere une identite et organise leur errance sans toutefois l'enrayer. Tout en se definissant donc par une logique contraire a la logique etatique, le droit international offre un nouvel espace d'intelligibilite de la democratie.