Thèse soutenue

L'écriture de l'enfance dans la littérature des Caraïbes anglophones de 1950 à nos jours

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Judith Misrahi-Barak
Direction : Jean-Pierre Durix
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études anglaises
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Dijon

Résumé

FR  |  
EN

A l'intérieur des littératures postcoloniales, le thème de l'exil dans la fiction des caraïbes a été largement étudié. Celui de l'enfance est tout aussi fondateur mais semble avoir été quelque peu négligé. Cette étude s'attache donc à définir ce qui rend la figure de l'enfant particulièrement significative dans la quête identitaire qui est celle de la Caraïbe, étant donné que l'enfant est omniprésent, tant comme narrateur que comme protagoniste principal. J'ai voulu montrer dans quelle mesure l'enfant intéresse l'écrivain parce qu'il est infans - une représentation du silence dans lequel toute une communauté a été maintenue pendant des siècles par l'esclavage et la colonisation. L'écrivain des Caraïbes tente ainsi de redonner voix à toute une communauté. Il est clair que l'enfant, s'il est une représentation de ce silence, de cette aliénation, de cette oppression dans lesquels plusieurs peuples avaient été maintenus, exprime aussi la volonté de réappropriation d'un passé, de recomposition d'un corps et d'une voix à soi. De nombreux romans et nouvelles des années 1950 aux années 1990 tendent à démontrer que le détour par l'enfance et la réécriture de l'enfance (et il est intéressant de noter que l'autobiographie au sens strict n'existe quasiment pas dans cette littérature régionale), sont les modes privilégies de la quête identitaire menée, pour leur communauté, par les écrivains de la Caraïbe anglophone.