Thèse soutenue

Etude des potentialités de pérennisation du chêne vert (Quercus ilex L. ) en Corse : le cas de la forêt du Fango (réserve de l'homme et la biosphère)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Christophe Panaïotis
Direction : Denise Pichod-Viale
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie des poulations, écologie
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Corte

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

La gestion des futaies de chêne vert (Quercus ilex L. ) pose aux scientifiques le problème de connaitre leurs potentialités de pérennisation. Dans une première partie, les capacités de régénération et de renouvellement dans différentes structures forestières et les principaux facteurs biotiques et abiotiques qui peuvent bloquer (ou aider) son développement à différents stades, sont étudiés. Au niveau de la germination, il n'a pas été mis en évidence d'auto-allélopathie. Les succès des taux de levée et de survie des semis dépendent de la quantité des pluies, de la luminosité et de la capacité de rétention en eau du sol. Dès la deuxième année, leur différence d'accroissement est due aux facteurs stationnels. Les rejets sont plus performants durant les premières années après la coupe. Dans une deuxième partie, la dynamique naturelle ancienne du chêne vert au niveau de la vallée du Fango est appréhendée par une analyse pédoanthracologique. Il y a 1 500 ans, l'homme aurait favorisé l'installation de la foret de chênes verts par l'incendie d'une pinède de Laricios, en levant l'inhibition allélopatique constituée par la litière des pins. L'évolution naturelle récente a été étudiée au niveau de la structure actuelle du peuplement et de ses régénérations. L’âge moyen de mortalité naturelle du peuplement de chênes verts est de 170 plus ou moins 46 ans. Le rôle des trouées naturelles dans le fonctionnement interne de la futaie de chênes verts a été analysé. Les chênes verts qui tombent constituent des volis simples d'une surface insuffisante pour qu'il existe une réelle succession végétale. Les jeunes plants de chêne vert bénéficient d'un gain de croissance du à l'ouverture de la végétation qui reste faible. Les rejets émis par la souche cassée ont une croissance annuelle importante mais présentent un fort taux de mortalité.