Thèse soutenue

Histoire d'un échec ? : mise en valeur et pouvoirs publics en Nouvelle-Calédonie (1870-1914)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Catherine Buttet
Direction : Marc Michel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Lettres
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Aix-Marseille 1
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Provence. Faculté des lettres et sciences humaines (1969-2011)

Résumé

FR

En 1870, la nouvelle-caledonie etait une colonie francaise encore naissante, malgre trente annees d'occupation. Le choix de cette ile comme colonie penitientiaire eut pour consequence une importante participation de l'etat. Les projets officiels de mise en valeur reposaient sur les activites agricoles. L'exploitation miniere, quant a elle, demeurait du ressort des entreprises privees. Le fonctionnement de la penitentiaire transforma la nouvelle-caledonie en une colonie tres onereuse pour le budget metropolitain. Mais le bagne ne fonctionna que pour lui-meme. Le budget local presente la fiscalite et l'orientation des depenses publiques dont la colonie beneficia directement et reellement. L'autorite de l'etat francais s'exerca sans contre-pouvoir jusqu'en 1884, date de creation du conseil general. A la fin du xixe siecle, une emancipation s'esquissa. Le conseil general, le progressif retrait du bagne et une aide plus soutenue pour developper les entreprises privees representaient un engagement decisif vers une reelle colonie de peuplement. Cette "liberalisation" fut de courte duree. Par l'effet d'une loi douaniere et de la loi de finance de 1900, la metropole ressera son emprise sur la colonie tout en augmentant les charges financieres de celle-ci. Le debut du xxe siecle constitue, avec le chemin de fer et les usines de fusion, l'entree de la colonie dans "l'ere industrielle". Seule l'impulsion des pouvoirs publics locaux et des entreprises privees locales la rendit possible