Thèse soutenue

Les rapports entre la peinture surréaliste et l'inconscient dans la littérature européenne

FR
Auteur / Autrice : Éric Vidal
Direction : Claude Bédat
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art
Date : Soutenance en 1995
Etablissement(s) : Toulouse 2

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Le romantisme allemand s'est affirme comme une sacralisation de l'art investi d'une fonction ontologique. Cette sacralisation s'est accompagnee d'une reduction des arts non verbaux au paradigme de la poesie en tant qu'essence de l'art, principe commun permettant de rapprocher des domaines artistiques entre eux. Cette theorie de la creation poetique a recentre le debat sur le langage; un langage que freud et les surrealistes ont situe dans l'inconscient, ses mecanismes, ses manifestations. L'assimilation de la poesie (en tant que langage du desir) aux mecanismes de l'inconstient a conduit la modernite artistique et le surrealisme en particulier a s'interroger sur les rapports entre la subjectivite et la creation, par le biais de l'automatisme, de la metaphore et du principe analogique (constitutif de l'activite inconsciente). L'emancipation correlative des techniques, des materiaux, des signifiants et du sujet a clairement pose le probleme du role de l'individu et de l'inconscient au sein de la creation. C'est ainsi que la peinture surrealiste, a la fois tributaire de la theorie romantique de l'art et des revolutions picturales du debut du vingtiele siecle, s'est trouvee tiraillee entre sa fonction representative et le jeu sur les signifiants plastiques, les materiaux. La meme situation apparait dans l'ecriture automatique ou logique du recit et dynamisme des formes coexistent. Ce tiraillement constitue la surrealite elle-meme et seul le preconscient semble pouvoir realiser la synthese de ces tendances a travers le principe analogique, cle de l'art moderne.