Thèse soutenue

Newtonisme et idéologie dans l'Angleterre des Lumières

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jean-François Baillon
Direction : Bernard Cottret
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études anglaises
Date : Soutenance en 1995
Etablissement(s) : Paris 4

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

A partir de l'étude des sources manuscrites (manuscrits théologiques d'Isaac Newton, correspondance de Samuel Clarke et de William Wjiston), ainsi que de sources imprimées rarement étudiées, on montre les failles de l'exploitation qui est faite de la science newtonienne à des fins idéologiques (politiques et religieuses pour l'essentiel). Afin de légitimer l'image que le nouvel ordre religieux et politique issu de 1688 cherche à donner de lui-même, la physique newtonienne est débarrassée par ses commentateurs des éléments qui permettraient une utilisation idéologique par les néo-républicains et les matérialistes. En outre, cette étude révèle les divergences proprement théologiques qui opposent les newtoniens les plus fidèles à l'Église d’Angleterre. Toute la deuxième partie est consacrée à l'étude du contenu des manuscrits théologiques de Newton, de manière à mettre en évidence ses concepts fondamentaux (idolâtrie, enthousiasme, fantaisie, métaphysique), qui décrivent essentiellement ce que la religion ne doit pas être. On insiste sur la dimension rationaliste et protestante de la pensée théologique de l'auteur des "principia", ce qui autorise un rapprochement frappant avec le courant déiste, lui-même étudié de manière à en faire saisir certaines dimensions habituellement négligées. La conclusion isole quelques schémas fondamentaux de la théorie newtonienne des religions et de leur histoire et montre que cette pensée constitue une transition entre Renaissance et Lumières.