Thèse soutenue

Traitement du signal du reseau iris de sismologie solaire du signal brut a la rotation du coeur solaire

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Saïd Loudagh
Direction : Eric Fossat
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Terre, océan, espace
Date : Soutenance en 1995
Etablissement(s) : Nice

Résumé

FR

Depuis quelques annees, un nouveau chapitre de l'astronomie moderne est en plein developpement: il s'agit de la sismologie du soleil. On savait depuis longtemps, 1960 exactement, que la surface solaire est soumise a des mouvements oscillatoires plus ou moins reguliers avec une periodicite d'environ 5 minutes. Ce n'est pourtant qu'en 1975 que les observations effectuees a capri par l'astronome allemand franz deubner apportaient la preuve irrefutable du fait que ces oscillations observees en surface ne sont precisement en fait pas des oscillations de surface. Elles representent en fait la partie visible de vibrations globales affectant tout le volume de la sphere solaire. C'est dans ce contexte d'un interet rapidement croissant pour une tres jeune science qu'est ne le reseau heliosismologigue iris a l'universite de nice-sophia-antipolis. Ce reseau comprend aujourd'hui 6 stations de mesure permanentes reparties autour de la terre dans le but de mesurer l'effet doppler moyen sur toute la surface visible du soleil. Des 1991, le reseau iris commencait a fournir ses premieres donnees en quantite suffisante pour pouvoir etre combinees. Le travail presente dans cette these concerne tous les principaux problemes de la calibration des donnees brutes et de l'analyse des donnees calibrees. En particulier, la question du raccordement de fichiers obtenus dans des sites differents avec des instruments differents et dans des conditions atmospheriques differentes est abordee en detail. La solution n'est pas unique, et les diverses options permettant de fabriquer des fichiers exploitables scientifiquement sont expliquees. L'exploitation scientifique des spectres calcules nous a permis de mesurer la vitesse de rotation du coeur thermonucleaire du soleil. Et cela, grace a la mesure du splitting de la frequence de quelques modes propres qui penetrent a l'interieur du rayon de ce cur, estime a 0. 2 rayon solaire. Ce resultat plaide pour une rotation du coeur solaire relativement lente et quasi rigide et ajoute une donnee supplementaire pour comprendre la structure interne tres profonde du soleil