Thèse soutenue

Droit, suicide, suicidés : histoire d'une condamnation

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Sophie Poirey Boutin
Direction : Jean Bart
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Droit. Histoire du droit
Date : Soutenance en 1995
Etablissement(s) : Dijon
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Nicole Dockès-Lallement, Françoise Fortunet de Loisy, Georges Pieri, Michel Porret

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

De nos jours, le suicide est devenu en France un phénomène difficile à ignorer. Acte de courage ou de lâcheté, il demeure pourtant bel et bien l'un des derniers tabous de notre société. La mort volontaire possède en soi un effet profondément désorganisateur et la tentation est alors grande pour la société de s'en défendre par le biais de l'un de ses instruments de répression privilégiés : le droit. Les sanctions imaginées pour punir ceux qui ont choisi de se donner la mort apparaissent alors à l'historien du droit particulièrement révélatrices des attitudes d'une société face à la mort. Relativement toléré dans la Rome antique, le suicide va faire l'objet d'une condamnation radicale de la part de l'Église. Condamnation reprise par la législation séculière et qui traverse les siècles jusqu'à nos jours. Notre droit semble toujours fortement marqué par l'anathème religieux, et l'on retrouve des stigmates de cette condamnation tant dans le droit public que dans le droit privé. De crime de lèse-majesté divine, le suicide semble aujourd'hui être devenu un crime de lèse-société, que seule une approche historique de sa répression juridique permet au juriste d'appréhender pleinement, éclairant ainsi le droit positif.