Thèse soutenue

Etude de l'influence de la somatotropine dans les réactions immunitaires non spécifiques de la truite Fario, Salmo trutta L.

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anne-Marie Marc
Direction : Félix Baudin-Laurencin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Océanographie biologique
Date : Soutenance en 1995
Etablissement(s) : Brest

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Les modifications endocriniennes et immunitaires non specifiques apparaissant lors d'un transfert automnal de truites fario sedentaires en milieu marin sont etudiees. Les fluctuations transitoires, tendance a la diminution des hormones thyroidiennes et augmentations des concentrations plasmatiques du cortisol et de la somatotropine, semblent determinantes dans la mise en place des capacites d'adaptation au milieu marin. L'elevation des niveaux circulants de la somatotropine pourrait avoir favorise l'activite phagocytaire des leucocytes du rein anterieur mesuree par chimioluminescence et la production de lysozyme plasmatique. L'apport exogene de gh recombinante de truite arc-en-ciel stimule l'activite cytotoxique non specifique. Cependant, la reaction inflammatoire induite par la mise en place d'un implant dans la cavite intraperitoneale semble avoir stimule l'activite phagocytaire des leucocytes de rein anterieur et masque les effets de l'apport de gh exogene. L'administration de somatotropine recombinante in vitro a des cultures de macrophages isoles de rein anterieur stimule le pouvoir bactericide des cellules phagocytaires vis a vis de vibrio anguillarum opsonise. In vivo, une injection de gh recombinante favorise la resistance a l'infection par vibrio anguillarum. L'injection du virus de la septicemie hemorragique virale de serotype 1 (shv 1), non pathogene pour la truite fario, provoque la synthese d'interferon plasmatique, qui semble plus importante chez les poissons transferes en mer qu'en eau douce. La somatotropine ne semble pas influencer la production d'interferon in vitro par les cultures de macrophages de rein anterieur, et une injection de gh recombinante in vivo ne favorise pas non plus la survie des truites fario infectees par le virus de la shv 3