Thèse soutenue

Reconstitution d'environnements récifaux récents de l'océan Pacifique : l'apport de la biosédimentologie et de la géochimie du strontium

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anne Laurenti
Direction : Lucien François Montaggioni
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sédimentologie et géochimie des carbonates
Date : Soutenance en 1995
Etablissement(s) : Aix-Marseille 1

Mots clés

FR

Résumé

FR

Ce travail est une contribution a la connaissance des paleoenvironnements recifaux holocene dans l'ocean pacifique, a partir de l'analyse de forages en provenance de deux sites: recifs de tahiti (polynesie francaise) et recif yonge (grande barriere recifale d'australie). Deux approches ont ete utilisees: biosedimentologique et geochimique. L'approche sedimentologique a permis de reconstituer les modalites de la croissance recifale en reponse a une remontee du niveau marin. Les paleobathymetries des edifices recifaux correspondant a chaque stade de leur croissance ont ete estimees a partir des associations macrobiologiques (oraux, algues calcaires). L'utilisation des peuplements cryptiques associes a permis d'affiner les restitutions paleobathymetriques. Entre 10 200 ans #1#4c bp et l'actuel, l'amplitude de la variation bathymetrique a ete estimee a 35 m pour la region de tahiti. La stabilisation du niveau marin aurait ete atteinte autour de 5500 ans #1#4c bp. Les vitesses moyennes de remontee eustatique calculee entre de 10200 et 8500 ans #1#4c bp et 8500 et 3000 ans #1#4c bp sont respectivement de 16 mm/an et de 3,5 mm/an. L'amplitude de la variation bathymetrique, pour la region nord de la grande barriere recifale, est de 8 m entre 6500 et 5500 ans #1#4c bp. La courbe de remontee du niveau marin met en evidence une elevation de 1 metre au dessus du niveau marin actuel. La vitesse correspondante de remontee du niveau marin, pour cette periode est de 8 mm/an. Les strategies de croissance des deux recifs barrieres etudies, au droit des forages, sont de type catch-up. Les conditions de mise en place des croutes microbiennes sont liees au reseau fortement cavitaire produit par les scleractiniaires branchus, lie aux fortes vitesses de croissance verticale de l'edifice, elles-memes dependantes de la remontee du niveau marin