Thèse soutenue

Informatique et enseignement : problèmes de formation et d'apprentissage contribution à l'ingénierie des formations par production de savoirs

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dominique Chartier
Direction : Georges Lerbet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Tours

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Dans le contexte d'une banalisation de l'informatique individuelle, l'école continue d'intégrer l'outil selon des approches polymorphes qui ne doivent pas masquer des conceptions pédagogiques parfois divergentes. Les problèmes de formation et d'apprentissage suscités par l'informatique font ici l'objet d'une étude fondée sur un regard porté sur les conditions de la "production de savoirs assistée par ordinateur", tant du point de vue des apprenantes (adultes et adolescentes) que de celui des formateurs (experts et novices) qui évoluent dans l'enseignement alterné. D’ou des questions : - est-il souhaitable possible de concevoir une formation par "production de savoirs assistée par ordinateur" qui soit au service de la façon dont chacun "pilote" ses apprentissages ? - est-il souhaitable possible de tracer une voie, parmi s'autres, d'une ingénierie de la formation par productions de savoirs pour les formateurs-utilisateurs de l'informatique ? La recherche a permis de dégager les perspectives suivantes : * la production de savoirs aide à structurer le temps d'apprentissage aussi bien chez les formateurs que chez les apprenants. Cela demande aux sujets de relever le défi du travail à produire électivement en faisant appel aux connaissances personnelles. L’ordinateur peut alors s'envisager comme un moyen de compréhension, invention, reconstruction, création, conception. . . , facilitateur de la réponse à ce défi. * une ingénierie de la formation par production de savoirs pour les formateurs qui entretiennent une relation à l'ordinateur leur permet d'envisager la production de savoirs comme un "artefact" utilisable pour affronter la complexité de leur métier. Dans ce cas, les formateurs prennent conscience que les stratégies développées par les élèves ne sont pas un frein à l'émergence du sens chez ces derniers et qu'il est souhaitable d'accepter de gérer l'aléa et l'incertain.