Thèse soutenue

Etude de l'incompatibilite de greffe chez les arbres fruitiers : analyse histo-cytologique de l'incompatibilite localisee chez le poirier (pyrus communis l.) et l'abricotier (prunus armeniaca l.)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : FABIENNE ERMEL-FONTAINE
Direction : A.-M. CATESSON
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Paris 6

Résumé

FR

Une etude histologique cinetique de l'expression de l'incompatibilite localisee a ete menee chez le poirier (pyrus communis l. ) et l'abricotier (prunus armeniaca l. ), sur differentes combinaisons de greffe compatibles ou incompatibles, prelevees de 1 jour a 1 an apres le greffage. Les coupes histologiques ont ete decrites grace a 35 a 45 variables prealablement definies. Les donnees histologiques recueillies sur un tres grand nombre de coupes ont ete analysees par afc (analyse factorielle des correspondances). Chez le poirier et l'abricotier, nous avons caracterise les differentes etapes de raccordement greffon/porte-greffe: formation d'une ligne de necrose, cohesion, mise en place du cal de jonction, formation de neophellogenes, mise en place des neocambiums, production d'elements vasculaires derives de ces neocambiums. L'analyse statistique des donnees histologiques obtenues sur les differentes combinaisons de greffe nous a permis de caracteriser les symptomes precoces d'incompatibilite. Les premiers symptomes structuraux ont ete deceles des 15 jours apres greffage. Ces symptomes d'incompatibilite, observes chez le poirier et l'abricotier, sont les suivants: faible activite mitotique dans l'ecorce et retard de mise en place des neocambiums (des 15 jours apres greffage) ; faible epaisseur de bois neoforme dans la zone d'interface (50 jours apres greffage) ; involution cambiale et faible teneur en amidon dans les tissus de l'interface (5 mois apres greffage). Une difference d'expression des symptomes d'incompatibilite, entre le poirier et l'abricotier, a ete soulignee. Elle semble resulter d'une difference d'intensite et non de nature des symptomes. Par ailleurs, notre etude a mis en evidence d'autres facteurs de variation structurale de l'interface greffon/porte-greffe, notamment la variabilite induite par la technique de greffe ou par les niveaux d'observation dans l'union. Au plan physiologique, nous avons etabli que, chez les greffes jeunes, cultivees en serre, l'expression des symptomes d'incompatibilite se traduit par des perturbations de la neoformation et du fonctionnement cambial, plutot que par l'apparition de phenomenes de necroses a l'interface. L'ensemble de ces resultats permet d'envisager l'elaboration d'un test de diagnostic precoce de l'incompatibilite localisee, fonde sur l'analyse de parametres histologiques discriminants de l'incompatibilite