Thèse soutenue

Contribution à l'étude du magmatisme alcalin d'âge jurassique du haut atlas central (région de Tirrhist, Anefgou), Maroc : nouvelles données pétrographiques, minéralogiques et géochimiques sur les intrusions basiques et intermédiaires

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Abdellah Naït Lcaïd
Direction : Georges Rocci
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Terre, océan, espace
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Nancy 1
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université Henri Poincaré Nancy 1. Faculté des sciences et techniques

Résumé

FR

Au jurassique, le Haut Atlas a été le siège d'une grande manifestation magmatique de nature alcaline. Elle a eu lieu en régime intraplaque contemporain à l'ouverture de l'Atlantique. Parmi ce cortège, les intrusions de Tirrhist et d'Anefgou s'organisent en une association de roches magmatiques basiques mises en place sous forme de plutons, dykes et de filons dans une série de sédiments marno-calcaires du Jurassique Moyen (bajocien et bathonien). L'étude pétrographique, minéralogique et géochimique des deux intrusions a mis en évidence trois groupes de roches: des facies gabbroïques, avec une faible variation minéralogique, représentés par des melatroctolites, des gabbros à olivine, des gabbros à biotite, des leucogabbros et des gabbros différenciés. Des facies dioritiques. Des facies synetiques albitisés, ou la phase minérale ferromagnésienne est presque inexistante. La caractérisation géochimique a permis de conclure que: la différenciation des roches étudiées est contrôlée par le phénomène de la cristallisation fractionnée. L'olivine, le plagioclase, le clinopyroxène, l'ammphibole et la biotite ont probablement joue le rôle le plus important. Les gabbros et les diorites constituent une évolution continue, alors que les syénites sont issues de la différenciation de magmas moins évolués qui ont donne les cumulats gabbroïques. Les roches basiques des deux intrusions résulteraient de la fusion faible d'un manteau appauvri en éléments immobiles, enrichi en éléments mobiles par des fluides d'origine profonde. Les deux intrusions se sont mises en place à la faveur d'anciennes fractures profondes réactivées