Thèse soutenue

"Et il y aura un seul troupeau. . . : l'imaginaire de la confrontation entre Turcs et Chrétiens dans l'art figuratif en France et en Italie de 1453 aux années 1620

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Guy Le Thiec
Direction : Arlette Jouanna
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire moderne
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Montpellier 3

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

La confrontation avec les turcs, a partir de 1453, a suscite, tant en france qu'en italie, une importante production d'images constituant une veritable culture iconographique : ces representations ont ete les cristallisations de conceptions propres a ces deux cultures nationales, voire d'idees communes, parfois meme l'expression inedite d'attitudes collectives. La conversion des turcs au catholicisme, qui aurait ainsi conduit a la formation d'"un seul troupeau", a ete le fondement d'une confrontation entre chretiente et islam turc qui, dans l'econographie, ne laissa pas de place a une coexistence pacifique, en dehors des representations de cette conversion longtemps esperee, notamment en italie. Parallelement, l'islam turquifie etait denonce, tant en france qu'en italie, par une iconographie hostile qui le presentait comme monstrueux et attaquait la personne du prophete-imposteur. L'echec de la conversion conduisit a condamner la tyrannie turque, dont on figura les persecutions des chretiens et les traits des plus fameux sultans, notamment dans la peinture italienne. L'hostilite politico-religieuse debouchait sur l'incessants appels a la croisade, contraries par la politique europeenne face aux turcs : a l'implication francaise initiale succeda l'alliance politique des valois avec la porte, qui laissa le champ libre aux tentatives de l'empereur pour une croisade, inflexion sensible dans l'iconographie italienne. Les preparatifs diplomatiques et militaires a la confrontation armee eurent aussi une iconographie propre, qui perdura jusqu'au debut du dix-septieme siecle. L'affrontement fut le sujet de predilection d'images, de plus en plus nombreuses et produites par un concours accru de l'ensemble des arts visuels, qui contribuerent a fixer une memoire dont lepante fut l'evenement symbolique : oublis et cristallisations sont des lors plus comprehensibles, tout comme les consequences graphiques des choix politiques italiens ou francais.