Thèse soutenue

Les notables et la culture du peuple, du debut du xviieme siecle a la fin du xviiieme siecle

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Guy Astoul
Direction : Janine Garrisson
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Limoges

Résumé

FR  |  
EN

Un premier decollage de l'instruction se produit en haute-guyenne, des le xvieme siecle, grace aux protestants notamment en bas-quercy et dans le rouergue meridional. A la suite du concile de trente, l'eglise catholique lancee a la reconquete des ames, s'engage a developper l'instruction des enfants et entre dans une competition de plus en plus vive avec les huguenots. Au cours du xviieme siecle, cet elan favorise les creations de colleges dans les villes et la multiplication des "petites ecoles" dans les campagnes. Tous ces etablissements profitent de la disparition progressive de l'enseignement huguenot apres la revocation de l'edit de nantes, en 1685. Pourtant, si l'on en croit des enquetes realisees a partir des registres paroissiaux comme celle de maggiolo, l'alphabetisation dans le sud-ouest demeure tres faible par rapport a la france du nord. En realite, ces evaluations sont gravement sous-estimees et grace au comptage des signatures des nouveaux maries effectue a partir des registres des notaires, des statistiques d'alphabetisation plus serieuses ont pu etre etablies pour la haute-guyenne. Les sondages realises au cours des periodes de 1621-1625, 1678-1682 et 1776-1785 permettent de reveler de reels progres au cours de ces deux siecles, tout particulierement en rouergue et pour les paysans les plus aises qui deviennent alors des notables ruraux. Grace au role de mediateurs culturels qu'ont joue ces notables dans les progres de la francisation et de l'instruction du peuple, quercinois et rouergats sont passes d'une "culture sauvage" essentiellement orale ou l'ecrit restait reserve a une minorite de lettres a une culture ou l'ecriture occupe une place determinante dans l'organisation de la vie collective tant pour le peuple que pour les elites.