Thèse soutenue

Deficience mentale : influence de la dissociation entre intelligence et experience

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Bruno Facon
Direction : Jean-Claude Grubar
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Lille 3

Résumé

FR  |  
EN

Depuis le travail princeps de russell et coll. (j. Genet. Psychol. , 1940, 57, pp. 57-63), peu de recherches ont ete entreprises pour etudier les possibles consequences cognitives de la dissociation entre intelligence et experience qui caracterise les personnes retardees. En effet, si par definition les personnes retardees ont un niveau de developpement inferieur a leur age, on peut dire tout autant qu'elles ont un age chronologique, et donc une experience educative, superieurs a leur niveau de developpement. Elle presentent donc cette caracteristique d'avoir une intelligence dissociee de leur experience, caracteristique qu'elles partagent d'ailleurs avec les surdoues, bien entendu pour des raisons opposees. L'hypothese qui a servi de point de depart a la presente etude est que cette experience educative accrue pourrait se traduire par une relative superiorite de leurs performances dans les epreuves d'intelligence cristallisee. Pour valider cette hypothese, douze marqueurs d'intelligence fluide (gf) et d'intelligence cristallisee (gc) ont ete administres a 126 sujets retardes d'ages chronologiques contrastes. Un questionnaire compose de 26 items couvrant divers aspects de leur milieu familial a ete egalement utilise. Deux facteurs correspondant globalement a gf et gc sont effectivement obtenus apres rotation oblique. Une analyse de regression par etapes (avec la note en facteur gf entree en priorite dans l'equation) montre que la note en facteur gf et l'age chronologique (en fait l'experience educative) expliquent respectivement 38 et 21 % de la variance des notes gc. En revanche, l'influence du milieu familial s'avere negligeable. Les analyses de regression realisees pour chacune des 7 epreuves saturees par le facteur gc indiquent que l'age explique de 5 a 25 % de leur variance lorsque la moyenne des notes aux tests satures par le facteur gf est entree en priorite dans les equations. L'effet du milieu familial est parfois significatif, mais n'explique plus de 3 % de la variance. Seules deux interactions (entre l'age et le niveau d'intelligence fluide) atteignent un seuil significatif.