Thèse soutenue

Étude de l'influence d'éléments traces (C, S, B, Al, N) sur la ductilité à chaud de l'alliage austenitique Fe-Ni 36% (INVAR) de haute pureté

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marie-Thérèse Simonetta-Perrot
Direction : André Kobylanski
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences et Génie des matériaux
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Grenoble INPG en cotutelle avec Saint-Etienne, EMSE

Résumé

FR

Pour cerner les mecanismes d'endommagement a l'origine du creux de ductilite de l'invar vers 600c, nous utilisons un materiau modele fe-ni 36% de haute purete dope par des elements traces. Quatre groupes d'alliages sont elabores afin d'isoler les effets du soufre seul, du soufre en presence de precipites aln ou bn, et du soufre en presence de bore, sur la ductilite, les modes de rupture, l'endommagement intergranulaire et les mecanismes de deformation. La repartition des impuretes est caracterisee par meb, met et aes. Nous avons mis au point une methode pratique de quantification des segregations par aes, pour degager le lien entre les segregations intergranulaires et superficielles du soufre et la fragilite intergranulaire. Nous concluons que lorsque le taux de segregation du soufre est superieur a 0. 65, le soufre suffit a fragiliser les joints de grains des 20c. Par contre, aux faibles taux de segregation du soufre, le glissement intergranulaire est necessaire a la cavitation ce qui explique la chute de ductilite vers 500c. De plus, la segregation superficielle du soufre sur les cavites creees contribue a accelerer la croissance de celles-ci. De fins precipites aln ou bn aux joints de grains reduisent le taux minimum de segregation necessaire a la fragilisation et aggravent la fissuration. Le bore libre ameliore la ductilite a toutes les temperatures. Son action est liee a sa segregation aux interfaces, qui reduit les vitesses de germination et croissance des cavites