Thèse soutenue

Plaintes antidumping, intégration verticale et cartellisation : l'exemple de l'industrie sidérurgique européenne

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Emmanuelle Maincent
Direction : Patrick A. Messerlin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

L'objet de cette thèse est de montrer comment les producteurs sidérurgiques européens, par des plaintes antidumping et des opérations d'intégration verticale vers l'aval, ont pu consolider leur position de firme dominante pendant la période de dérèglementation (1986-1990). La première partie montre comment le traité CECA a influencé le comportement des producteurs sidérurgiques européens en créant un environnement économique stable. Il explique également l’absence de réponse par les prix à toute concurrence à la marge du marché, même après la dérèglementation interne. La deuxième partie analyse l'isolement du marché de 1986 à 1990, qui illustre cette volonté de maintenir la stabilité du marché. Par les plaintes antidumping, les firmes ont pu freiner la pénétration d'exportateurs jusque-là absents du marché. Par l'intégration verticale vers l'aval, elles ont pu augmenter leur part de marché et les potentialités de verrouillage. La troisième partie étudie les conséquences d'une telle stratégie. La fermeture et le verrouillage du marché correspondent à un objectif de cartellisation. Mais, si l'impact de la protection extérieure est faible sur la production communautaire, il a un coût social élevé (pour des produits imparfaitement substituables). L'hypothèse de parfaite substituabilité des produits montre en revanche la nécessité de poursuivre les ajustements structurels à moyen terme.