Thèse soutenue

Déformation récente et actuelle des Alpes occidentales : mise en évidence, caractérisation et quantification par analyse géomorphologique et comparaison de nivellements

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Xavier Darmendrail
Direction : Gilles MenardMarc Tardy
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la terre
Date : Soutenance en 1994
Etablissement(s) : Chambéry

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

La convergence des plaques africaine et eurasienne, à la vitesse de 1 cm/an, fait des Alpes une chaîne de collision active. Nous cherchons à caractériser et quantifier les déformations superficielles traduisant cette activité dans les Alpes occidentales françaises, au sud de Chambéry, du pliocène a l'actuel. Deux approches complémentaires sont mises en œuvre : la géomorphologie pour l'analyse de la déformation finie et la comparaison de nivellements réalisés à 80 ans d'intervalle pour l'étude de la déformation instantanée. Par l'analyse géomorphologique, nous avons mis en évidence l'existence de mouvements tectoniques qui s'expriment sous la forme d'une extension à deux composantes, longitudinale (qui affecte le socle) et transversale (plus superficielle), qui contrôle l'origine de grandes vallées alpines (Grésivaudan, Basse Maurienne, Basse Romanche). L’extension longitudinale se maintient depuis le miocène supérieur (mouvements verticaux de 2000 m au cours des derniers 7 ma). En revanche, compte tenu des marqueurs utilisés, on n'enregistre la tectonique transversale que depuis l'interglaciaire riss-würm (mouvements verticaux d'environ 150 m au cours des derniers 65000 ans). Nous interprétons l'extension comme une conséquence de la surrection générale de la région étudiée. Plusieurs phénomènes semblent contribuer à cette surrection : le chevauchement crustal de Belledonne depuis le miocène ; un bombement régional d'origine mantellique depuis le miocène supérieur ; le rebond post-glaciaire, dont la contribution actuelle à la surrection régionale semble faible. Les principaux mouvements verticaux actuels mis en évidence par les comparaisons de nivellements sont la surrection des massifs de la Chartreuse (1,5 mm/an) et du Vercors (1 mm/an), et celle du massif cristallin de Belledonne (1 à 1,5 mm/an) par rapport à l'avant-pays. Les mouvements instantanés les plus importants sont situés dans le Dévoluy et au SE de Belledonne (0,8 à 1,9 mm/an par rapport à l'avant-pays). Des mouvements localisés (<0,7 mm/an) sont également mis en évidence, l'accident le plus actif reconnu à ce jour dans les Alpes se situant le long de l'eau d'Ollé (2,5 mm/an). Ces mouvements instantanés actuels peuvent résulter de la combinaison des effets de la tectonique et du délestage glaciaire