Thèse soutenue

Evolution spermatique et sélection sexuelle chez les drosophiles

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Christophe Bressac
Direction : Daniel Lachaise
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie
Date : Soutenance en 1993
Etablissement(s) : Paris 11

Résumé

FR

Le spermatozoïde est souvent considéré comme un simple transporteur d'information nucléaire paternelle. La diversité des longueurs de spermatozoïdes est extraordinaire chez les drosophiles, allant de spermatozoïdes nains à des spermatozoïdes géants mesurant sept fois la longueur du corps de la mouche. Par ailleurs, chez certaines espèces, le male transfère a la femelle deux morphes de spermatozoïdes différant par leur longueur. Ce dimorphisme serait une stratégie mixte permettant de faire face à un système comportemental contingent chez la femelle. Les spermatozoïdes courts seraient adaptés à une fécondation immédiate, les longs à une fécondation différée. Les spermatozoïdes géants sont transférés à la femelle avec une parcimonie rarement observée dans d'autres systèmes de reproduction. L'assurance de paternité d'un spermatozoïde géant transfère est proche de 1, alors qu'elle est négligeable chez les mammifères, par exemple. Le spermatozoïde géant est entièrement incorpore dans l'ovule lors de la fécondation. Un tel système permettrait au male de destiner directement à sa descendance l'investissement considérable représente par la fabrication de spermatozoïdes géants. L'introduction d'une grande quantité de cytoplasme paternel dans l'ovule peut créer de nouvelles conditions du conflit cytoplasmique entre organites