Thèse soutenue

L'altérité entre transcendance et incarnation : le statut de l'intersubjectivité chez Edmund Husserl

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Natalie Depraz
Direction : Jean-François Courtine
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 1993
Etablissement(s) : Paris 10

Résumé

FR  |  
EN

Le problème d'autrui est demeuré aporétique pour le fondateur de la phénoménologie, Edmund Husserl. Telle est l'opinion de la plupart des phénoménologues, qui tout en faisant fructifier ses enseignements, se sont situés de manière critique par rapport à lui sur cette question, et ont tené de "résoudre" l'aporie en posant une primauté du monde (Merleau-Ponty), de la conscience non-écoïque (Sartre) ou d'autrui lui-même (Levinas). La phénoménologie husserlienne en effet, prenant son départ dans l'ego transcendantal, ne permettrait d'atteindre d'autrui qu'un autre moi-même (alter-ego). La thèse de ce travail consiste à montrer qu'autrui se donne à moi au plus juste du sein de l'égologie husserlienne, qui est en fait d'emblée intersubjective. C'est la présence d'une alternité à soi (temporelle, imageante, puis réflexive) du sein même de l'égo, qui donne lieu à autrui. Dès lors, l'égologie s'approfondit en issologie, puis en altérologie. Le sens dernier de cette altérité à soi-même est la chair comme unité problématique du corps et de l'esprit, et l'incarnation l'acte qui en permet l'advenue.