Thèse soutenue

Mémoire involontaire : sémantisation, émotion et stimulations sensorielles

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Françoise Glevarec
Direction : Matty Chiva
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance en 1993
Etablissement(s) : Paris 10

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Le thème de la mémoire involontaire ressortit aussi bien au domaine de l'apprentissage incident (stockage involontaire d'informations) qu'à celui de la restitution fortuite de données emmagasinées en mémoire sémantique ou en mémoire épisodique. Une définition opérationnalisée de la mémoire involontaire, en tant que restitution incidente d'informations de type épisodique, a tout d'abord été élaborée. La relation entre émergence quantitative de souvenirs de mémoire involontaire et traitement sémantique ou hédonique de l'information sensorielle a ensuite été testée a l'aide de trois modalités sensorielles : olfaction, gout, toucher. Par ailleurs, le caractère émotionnel des souvenirs récupères, souvent postule de façon empirique, a été teste ainsi que le rapport de la mémoire involontaire a la créativité. L'expérience a été menée dans une perspective développementale auprès de 144 sujets repartis en trois groupes : enfants (âge moyen 8;5), adolescents (âge moyen 12;7), adultes étudiants de premier cycle de formation en psychologie. Les résultats montrent que dans les trois groupes d'âges, quels que soient le sexe des sujets et le canal sensoriel stimule, le traitement hédonique d'une information sensorielle permet une émergence de mémoire involontaire plus importante que son traitement sémantique. On note que l’olfaction n’est pas associée à un plus grand nombre de souvenirs relatés ne présente pas de différences significatives en fonction de l’âge des individus. La tonalité émotionnelle des souvenirs de mémoire involontaire est démontrée chez les adolescents et chez les adultes.