Thèse soutenue

Syndicalisme et modernisation politique au Nigéria

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Adegoke Akinnuroju
Direction : Jean-Marie Demaldent
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique
Date : Soutenance en 1993
Etablissement(s) : Paris 10
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Albert Bourgi, Hugues Portelli, René Mouriaux, Pierre Subra de Bieusses

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Le rapport entre le syndicalisme ouvrier du Nigeria et le pouvoir politique se caractérise par l'indépendance de l'institution ouvrière à l'égard du gouvernement. Cette spécificité émane de l'environnement économique et social dans lequel le syndicalisme s'est développé depuis les années 1930. Elle résulte également du processus de la construction d'un centre gouvernemental au sein des différentes communautés du Nigeria. En effet, lors du processus de transfert du pouvoir à l'élite politique en 1954, le syndicalisme ouvrier s'est opposé à la mise en place d'un système de gouvernement fédéral au Nigeria. Ses dirigeants étaient préoccupés par les effets de la partition des institutions gouvernementales entre les différentes régions, notamment la disparité salariale et la mobilisation collective des travailleurs à l'échelon national pour défendre des objectifs communs. Ils revendiquèrent un Etat unitaire, doté des institutions politiques centralisées et de pouvoirs élargis au centre. Dès la décolonisation en 1960, les dirigeants syndicaux ont lutté pour l'amélioration des conditions matérielles de la classe ouvrière et pour la transformation du régime économique du Nigeria. Cependant, la tentative du syndicalisme de se constituer en acteur politique