Thèse soutenue

Synthese de nanoparticules de cuivre en systemes micellaires

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Isabelle Lisiecki
Direction : Marie Paule Pileni
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie
Date : Soutenance en 1993
Etablissement(s) : Paris 6

Résumé

FR

Les micelles inverses sont des microemulsions eau dans l'huile, dont la taille est controlee par la quantite d'eau solubilisee dans le cur aqueux. Les micelles directes sont des gouttelettes dispersees dans l'eau. La stabilite de ces microemulsions est rendue possible par la presence d'au moins un tensioactif, c'est-a-dire un savon. Nous montrons que ces systemes permettent, pour la premiere fois, la synthese in situ de colloides de cuivre. En effet, nous montrons, dans ce memoire, que les micelles inverses sont favorables a la formation de particules de cuivre dont la taille est calibree. De plus, les spectres de plasmon, que nous avons simules a partir de la theorie de mie, montrent clairement que l'augmentation de la taille des micelles induit une augmentation de la taille des agregats de cuivre. Il est d'autre part apparu, tout au long de nos travaux, que la structure de l'eau s'avere tres importante quant a l'etat d'oxydation de ces particules metalliques. La solubilisation de gelatine dans le milieu micellaire inverse permet, sous certaines conditions, d'obtenir des gels transparents qui presentent l'avantage de ralentir de facon considerable la cinetique de croissance des clusters metalliques. La synthese de cuivre en micelles directes conduit tantot a des reseaux de cuivre interconnectes, aux etats d'oxydation divers selon les conditions experimentales, tantot a des particules isolees de cuivre pur selon que l'on se place respectivement en dessous et au-dessus de la concentration micellaire critique de la solution micellaire