Thèse soutenue

Etude des mécanismes de transport et de détoxication des métaux lourds chez la moule d'eau douce Dreissena polymorpha : rôle des hémocytes et des organes du système excréteur (histologie, ultrastructure, microanalyse)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laure Giamberini
Direction : Jean-Claude Pihan
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la vie
Date : Soutenance en 1993
Etablissement(s) : Metz

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

La capacité bioindicatrice des mollusques bivalves vis-à-vis des métaux est actuellement reconnue et utilisée dans le cadre du biomonitoring. La compréhension de cette capacité nécessitait une étude plus fondamentale des voies d'intoxication, de transport et d'élimination des métaux. Une étude anatomique, cytologique et microanalytique des hémocytes, de la glande péricardiale et des reins a montré le rôle des granulocytes dans le transport puis le rôle de détoxication de la glande péricardiale et des reins. Le système lysosomal joue un rôle important. La nature du métal modifie la répartition au sein des organes. Le plomb est bioconcentré en association avec P, S, Ca dans les concrétions des cellules du rein distal. La microanalyse de rayons x a été, à ce titre performante. Une adaptation éventuelle à la présence de micropolluants métalliques a été recherchée par numération des hémocytes, suivi de l'activité enzymatique et des capacités de phagocytose. Il y a tendance à l'augmentation du nombre des hémocytes ; augmentation de l'activité phosphatasique acide mais pas de modification significative de l'activité de phagocytose. Les réponses cytochimiques et biochimiques des hémocytes en présence de métaux peuvent être proposées comme méthodes d'évaluation précoce (7 jours) des effets de la contamination des eaux par les métaux ; le niveau de bioaccumulation étant évalué par la méthode des transplantations seulement après trois semaines