Thèse soutenue

Essai sur les thèmes iconographiques au XIXe siècle et leur évolution

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Luc Scaccianoce
Direction : René Schérer
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 1992
Etablissement(s) : Paris 8

Résumé

FR  |  
EN

Ce que l'on nomme la peinture du xixe ne saurait etre circonscrit par une date seculaire. Bien que tous les genres aient ete pratiques, la specificite du xixe s. Est d'avoir donne a la peinture d'histoire et de genre un prestige superieur a toutes les autres formes de representation. Cette derniere ne sera pas fondamentaliste mais formaliste tout en etant fonctionnaliste. La representation picturale est alors investie de sa fonction la plus vile : celle d'illustrer. La permanence d'une representation indispensable de l'autorite montre nettement qu'en france une nouvelle iconicite tend a s'imposer dans le champ symbolique en inaugurant une nouvelle ere iconographique. Desormais, tout ce qui porte la marque de l'ecrit est garant de verite; ainsi ce que l'oeil voit ou le regard lit est-il considere comme la reference absolue du reel. L'image en redevenant verbe semble biffer des siecles de representations picturales qui avaient justement tente de degager l'image du verbe divin. Cette obstination sociale a saisir la realite humaine poursuit un etrange but : celui de capter le reflet d'elle-meme. Cela devait mener inevitablement dans une impasse. En fait, privee d'une essence fondamentale, la peinture profane est condamnee a trouver sa fonction. Ces deux facteurs conjugues, que sont la secularisation de la peinture et son appropriation par les maitres, forment l'essence meme de la peinture du xixe s. Le recours a la norme evite la peur declenchee par l'incertitude de ce qui fait l'epreuve de realite.