Thèse soutenue

Variabilite genetique de populations venezueliennes de rhodnius spp;, vectrices de trypanosoma cruzi, parasite responsable de la maladie de chagas

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Myriam Harry
Direction : Pierre Cassier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques fondamentales et appliquées. Psychologie. Sciences médicales
Date : Soutenance en 1992
Etablissement(s) : Paris 6

Résumé

FR

La variabilite genetique de populations venezueliennes de rhodnius prolixus et la notion d'espece au sein du genre rhodnius ont fait l'objet de ce travail. Differentes populations geographiques et souches de rhodnius spp. Ont ete analysees d'un point de vue morphologique, isoenzymatique et ethologique. Les populations venezueliennes de r. Prolixus peuvent etre differenciees par la combinaison de caracteres ou de rapports morphologiques, ou par des frequences alleliques a certains locus, bien que le polymorphisme enzymatique soit faible. La structure genetique de cette espece, en milieu domestique, au venezuela, peut etre consideree comme un ensemble de demes. Du fait de l'absence de correlation entre la variabilite morphologique (d#2 de mahalanobis) ou de la variabilite genetique (d de nei, et frequences alleliques) avec la distance geographique ou avec des parametres geographiques simples comme l'altitude, les echanges geniques inter-demes ne peuvent etre explicites ni par le modele d'isolement par la distance de wright, ni par celui du stepping stone a une dimension de slatkin. En revanche, nos resultats suggerent que la differenciation genetique des populations domestiques de r. Prolixus peut relever d'une derive genetique par effets fondateurs ou repondre a un modele de stepping stone a n dimensions, ces hypotheses n'etant pas exclusives. La population de r. Robustus analysee dans cette etude, presente une variabilite morphologique qui s'inscrit tout a fait dans celle r. Prolixus. Par ailleurs, l'absence de differenciation alloenzymatique et d'isolement reproductif pre- ou postgametique avec cette derniere nous conduit a conclure que ces deux taxons ne representent qu'un seul champ de recombinaison des genes et doivent donc etre consideres comme formant une seule et unique espece. Cette espece r. Prolixus sensu lato est, en revanche, bien differenciee d'un point de vue morphologique, enzymatique et ethologique des especes r. Pictipes, r. Nasutus et r. Neglectus