Thèse soutenue

Contribution a l'etude antigenique du virus d'epstein-barr. Mise en evidence de deux nouveaux antigenes a l'aide d'anticorps monoclonaux

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : ADORACION SANCHEZ-PINEL
Direction : Jacqueline Didier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie
Date : Soutenance en 1991
Etablissement(s) : Toulouse 3

Résumé

FR

Nous avons obtenu apres immunisation de souris balb/c avec du virus epstein-barr (ebv) nu ou enveloppe b95. 8, deux anticorps monoclonaux appele h250 et h667. En immunofluorescence indirecte et par l'agglutination de particules nues h250 reconnait un antigene de la capside virale. Des techniques d'immunofluorescence indirecte et d'immunomicroscopie electronique ont indique que h667 etait dirige contre un antigene membranaire present dans l'enveloppe virale. Les deux antigenes sont presents dans toutes les lignees cellulaires humaines ou si memes productrices testees et absents dans les lignes ebv negatives ou non productrices d'ebv. Les poids moleculaires de ces antigenes determines en immunoblot a partir du virus nu avec h250 ou enveloppe purifie avec h667 sont respectivement 75 et 43 kd. Le traitement des cellules b95. 8 avec de l'acide phosphonoacetique et de la tunicamycine a indique que ces deux antigenes faisaient partie de la phase tardive du cycle de replication de l'ebv et etaient de nature proteique (p75) et glycoproteique (gp43). Des tests de blocage de l'immunofluorescence h250 et h667 par les serums humains ac ebv+ et des immunoblots utilisant la gp43 purifiee, realises avec ces serums, ont indique que les anticorps anti p75 apparaissaient tardivement apres la primoinfection et les anticorps anti gp43 etaient presents respectivement dans 100% et 70,9% des serums testes. H667 inhibe in vitro le virus b95. 8 mais pas le virus p3hr1. Donc la gp43 qui interviendrait dans le pouvoir infectieux de l'ebv, possederait au moins deux epitopes differents sur le plan fonctionnel