Thèse soutenue

La réforme administrative en Grande-Bretagne : essai d'interprétation théorique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Philippe Keraudren
Direction : Jean-Louis Quermonne
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique
Date : Soutenance en 1991
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Dans le but de réviser la théorie de la réforme administrative, il convient, à partir de l'exemple empirique de l'administration centrale britannique (ou Civil service), de la saisir comme la construction de réalités sociales paradigmatiques pratiques et représentationnelles qui sont l'oeuvre de coalitions d'acteurs prenant part au changement et ou à l'immobilisme administratifs. La réalité administrative est conside��rée comme l'imbrication de deux dimensions : le travail administratif (ou l'espace, la structure administrative) et le caractère de l'administrateur (ou sa reconnaissance sociale, professionnelle et individuelle dans la société). Ainsi, au cours de son histoire, le Civil service a été "construit" diversement selon des expériences successives de réforme-construction administrative : de 1830 à 1900 selon une expérience d'intégration, de 1900 à 1960 selon une expérience de différenciation, de 1960 à 1990 selon une expérience d'instrumentalité. Cette vision historiquement profonde et sociologiquement dynamique de la réforme permet notamment de mieux appréhender le "phénomène Thatcher" de la réforme administrative en resituant la période 1979-1990 comme une phase simplement radicalisée d'une expérience plus large de réforme administrative, dont l'essentiel avait déjà été annoncé par le gouvernement Wilson dans les années 1960, et qui se caractérise par un managérialisme trans-organisationnel de contrôle du travail administratif et par une définition particulièrement pauvre du caractère du fonctionnaire dont l'éthique classique est dévalorisée et qui transparait donc comme un "homme sans qualités".