Thèse soutenue

Etude de la susceptibilité électrique des jonctions aux radiofréquences (résonances dans les interfaces de semi-conducteurs)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mohamed Ammari
Direction : Jean-Gérard Théobald
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie Physique
Date : Soutenance en 1991
Etablissement(s) : Besançon

Résumé

FR

On met au point le fonctionnement d'un spectromètre hyperfréquence par l'étude de la R. P. E. Des métavanadates (temps de relaxation, intégrale d'échange). On est amené à approfondir quelque peu l'étude de leurs propriétés électriques (piézoélectricité, pyroélectricité). La susceptibilité hyperfréquence de jonctions présente des aspects très particuliers. En fonction de la tension de polarisation, la dispersion tend vers une limite, l'absorption présente un maximum. L'interprétation fait appel au champ local hyperfréquence, qui comporte en plus du champ produit par l'expérimentateur, un champ de type coopératif et un champ dépolarisant. On examine aussi l'effet d'un champ magnétique. A basse température (hélium), on peut observer la résonance cyclotronique et vérifier certains des paramètres (masses effectives) utilises dans la description des phénomènes étudies antérieurement. Les effets étant lies à l'existence de charges électriques, on peut détecter les courants lies au mouvement de ces charges, aussi bien pour les résonances de plasma que pour la résonance cyclotronique