Thèse soutenue

Contribution a l'identificatin des sequences virales impliquees dans la pathogenicite du virus des nervures jaunes et necrotiques de la betterave (bnyvv) : apport de la transcription in vitro et de la mutagenese dirigee

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Isabelle Jupin
Direction : GERARD JONARD
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées
Date : Soutenance en 1990
Etablissement(s) : Université Louis Pasteur (Strasbourg) (1971-2008)

Résumé

FR

Le virus de nervures jaunes et necrotiques de la betterave (ou bnyvv) est l'aent pathogene responsable de la rhizomanie. Son genome est constitue par 4 molecules de rna simple brin de polarite positive, cappees en 5 et polyadenylees en 3. L'etude des strategies d'expression utilises par les rna 1 et 2 de bnyvv nous a permis de mettre en evidence un mecanisme d'initiation interne et la synthese de rna subgenomiques. Par la suite, nous avons obtenu des transcrits infectieux correspondant aux rna 3 et 4. L'analyse de leur devenir dans les plantes infectees a permis de caracteriser les deletions spontanees qui affectent frequemment les rna 3 et 4 dans des conditions d'inoculatin mecanique et a permis de detecter un rna subgenomique du rna 3. Par mutagenese dirigee, nous avons ensuite modifie le rna 3 et montre que les sequences necessaires a la replication sont localisees dans les 300 premiers et les 70 derniers nucleotides. Ceux-ci peuvent etre replies en une structure secondaire conservee entre les 4 rna de bnyvv qui constitue tres probablement un signal de reconnaissance pour la replicase. Les 300 premiers nucleotides renferment egalement le site d'initiation de l'encapsidation. Ces sequences (5 et 3 terminales sont par ailleurs suffisantes pour permettre la replication et l'encapsidation de genes etrangers dans la plante. La sequence polyadenylee est indispensable a l'infectivite des transcrits, supprimee par mutagenese, elle reapparait spontanement au cours de la multiplication des transcrits dans la plante, accompagnee par une petite sequence oligo u d'origine inconnue. Par ailleurs, nous avons demontre que la proteine p25 codee par le rna 3 est responsable du caractere jaune des lesions tandis qu'une deuxieme pourrait etre responsable de l'effet necrogene de certains mutants