Thèse soutenue

Production de fragments légers émis à petit angle dans les collisions Ar+noyau avec le détecteur DIOGENE. Comparaison avec divers modèles théoriques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Fabrice Biagi
Direction : Jean-Pierre Alard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Physique nucléaire
Date : Soutenance en 1990
Etablissement(s) : Clermont-Ferrand 2

Résumé

FR

Cette these a pour but l'etude de la production de fragments legers emis a petit angle dans les collisions ar+noyau avec le detecteur diogene. Apres avoir rappele quelques donnees essentielles de la physique des ions lourds relativistes et decrit le detecteur diogene, nous etudions les methodes d'analyse experimentale, en particulier la simulation du filtre experimental, puis l'etude des correlations entre les evenements de la chambre centrale et les evenements du mur de plastique, ainsi que les sections efficaces differentielles de production de fragments legers. Ensuite, nous comparons les sections efficaces experimentales de production de fragments de charge 1 mesurees avec diogene avec celles issues de modeles theoriques: le modele thermodynamique, le modele de cascade intranucleaire et le modele de la dynamique moleculaire quantique (qmd). Le modele thermodynamique nous permet de confirmer l'existence de deux sources: le residu du projectile et la region des participants. Nous avons pu extraire des temperatures apparentes confirmant la faible energie d'excitation du residu du projectile. Avec la cascade intranucleaire, nous simulons les reactions ar+(ca, nb) a 200 et 400 mev par nucleon permettant d'obtenir seulement l'accord qualitatif. A partir de qmd, nous considerons les memes reactions a 400 et 600 a. Mev avec differents parametres d'impact et pour deux equations d'etat (douce et dure). La comparaison entre les donnees experimentales et theoriques montrent un bon accord qualitatif. L'accord quantitatif depend de la centralite des evenements, et il apparait une sensibilite a l'equation d'etat pour les collisions asymetriques centrales, favorisant une equation d'etat dure