Thèse soutenue

Étude multifactorielle et longitudinale de la perception des cris du nouveau-né par sa mère

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anne-Sophie Cismaresco
Direction : Hubert Montagner
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie
Date : Soutenance en 1990
Etablissement(s) : Besançon
Jury : Président / Présidente : Serge Lebovici
Examinateurs / Examinatrices : Élisabeth Lhote, E. Molenat

Résumé

FR

Ce travail est le résultat d'une étude psychophysiologique et acoustique de la relation entre la mère et son nouveau-ne au cours de la première semaine de la vie. Nous avons étudié (approche longitudinale n=31, transversale n=98) la discrimination des cris spontanés du nouveau-né par sa mère en relation avec les caractéristiques de la sensibilité auditive de la mère et les caractéristiques acoustique de la voix du nouveau-né. Grâce à un test de quadruple choix entre 4 échantillons de cris, enregistres jour après jour, dans des conditions identiques, nous avons ainsi montré que les mères discriminent précocement la voix de leur nouveau-né, avec toutefois un moment charnière dans la semaine (le quatrième jour) marquée par une diminution des scores. Ces capacités de discrimination sont influencées par différentes variables liées aux caractéristiques de la mère, du nouveau-né et de la relation mère / nouveau-né: les mères jeunes, les mères primipares, celles qui ont accouche une semaine avant le terme prévu par le médecin, celles dont le nouveau-né est une fille et celles dont le nouveau-né a un poids inférieur à 3200 grammes obtiennent des scores de discrimination plus élevés que les autres mères, ainsi que celles qui ont évalué la tempérament de leur enfant comme « facile ». Le niveau de perturbation de la sensibilité auditive des mères (test d’audiométrie vocale de Dupret) apparaît négativement corrélé avec leur performance de discrimination des cris de leur nouveau-né. Le niveau moyen de perturbations auditives est maximal aux jours 3 et 5 après l'accouchement, et il est supérieur chez les mères qui n'allaitent pas au sein. Les enregistrements des cris ont été soumis à une analyse visant à en extraire les dimensions temporelles et fréquentielles. De façon générale, les caractéristiques acoustiques du cri néonatal restent relativement stables au cours de la semaine. [. . . ]