Thèse soutenue

Etude comparative de traductions allemandes du Nouveau Testament au seizième siècle

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Catherine Dejeumont
Direction : Frédéric Hartweg
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langues et littératures germanique et scandinaves
Date : Soutenance en 1989
Etablissement(s) : Paris 10

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Au début du seizième siècle, la langue allemande écrite présente des variétés régionales fortement marquées, reflets en particulier de la structure fragmentée de l'empire. Cette période marque toutefois les débuts d'une évolution tendant à réduire ces disparités et à constituer un ensemble linguistique plus homogène. Cette évolution peut être mise en valeur par l'étude comparative de plusieurs éditions, presque contemporaines, du même texte dans diverses régions : la traduction du nouveau testament par martin Luther, publiée pour la première fois à Wittenberg en septembre 1522 par Melchior Lotther fit l'objet de nombreuses réimpressions dans la plupart des territoires germanophones; une comparaison de ce texte avec une version publiée en 1523 a bale par Adam Petri (à laquelle cet imprimeur adjoint un glossaire destine à faciliter la compréhension d'environ deux cents mots dans le domaine de l'allemand supérieur) et celle publiée en 1524 à Strasbourg par Johann Knoblouch (avec ce même glossaire) permet de relever un certain nombre de divergences, apparaissant en particulier dans le domaine lexical. L'étude de ces dernières et la constatation du fait que les imprimeurs ne modifient le texte original que lorsqu'il est réellement incompréhensible pour le public auquel ils destinent leur production permettent ainsi de mettre en valeur l'existence d'un certain nombre de termes concurrents, et de préciser les aires d'isolexie. Cette première phase de l'étude permet ultérieurement d'apprécier l'apport des diverses aires linguistiques (moyen allemand oriental, allemand supérieur, alémanique) au système lexical de l'allemand écrit moderne, relativisant ainsi l'apport de Luther, traditionnel.