Thèse soutenue

Étude histophysiologique et cytogénétique de l'organogenèse adventive sur pétiole chez Beta vulgaris L. : contribution à la lutte contre la rhizomanie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Catherine Detrez
Direction : Brigitte S. Sangwan-Norreel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Génie enzymatique, bioconversion et microbiologie
Date : Soutenance en 1988
Etablissement(s) : Compiègne
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale 71, Sciences pour l'ingénieur (Compiègne)

Résumé

FR  |  
EN

Un protocole de micro propagation est proposé à partir de la mise en culture. La production de bourgeons adventifs est obtenue par la mise en culture de fragments de pétiole et de couches cellulaires minces d'origine pétiolaire, l'organogenèse adventive (caulogenèse) s'initie sans formation transitoire de cal, dans une zone spécifique de la feuille : la face épidermique supérieure de la zone de transition limbe/pétiole. L'origine sub-épidermique des bourgeons induits est prouvée, par des études cytologiques, aucun méristème préexistant n'est observé antérieurement à la mise en culture. L'analyse en cytométrie de flux du cycle cellulaire indique qu'une fréquence plus élevée de cellules en G2 pourrait être associée à l'aptitude des tissus de pétiole pour la caulogenèse. En pratique, l'efficacité du protocole d'induction de bourgeons, repose sur les conditions hormonales de culture des plantes mères et des explants. Le protocole de régénération a ainsi été testé efficacement pour plus de 17 génotypes appartenant aux niveaux N, 2N, 3N, 4N. Quelques altérations de la morphogenèse ont été observées à l'issue d'un ou trois cycles de régénération sur pétiole. Aucune de ces variations cependant ne persiste après transfert en serre. La détermination des nombres de chloroplastes et de chromosomes, combinée à la cytométrie en flux révèlent une stabilité caryotypique de toutes les plantes analysées. Le rôle des initiales de limbe dans la formation des bourgeons adventifs est discuté.