Thèse soutenue

"qu'est-ce que l'art?"? le beau probleme de la definition de (l'histoire de) l'art

FR
Auteur / Autrice : Olivier Asselin
Direction : Georges Raillard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Littérature comparée
Date : Soutenance en 1986
Etablissement(s) : Paris 8

Résumé

FR  |  
EN

Etant donne la diversite et la complexite des manifestations (artistiques) contemporaines, les amateurs, artistes, conservateurs, historiens, theoriciens ont encore et toujours le droit, ou le devoir, de se demander: mais qu'est-ce donc que (l'histoire de) l'art? du point de vue ontologique, l'art a une essence, qu'il s'agit d'induire de la diversite empirique des phenomenes artistiques. Mais une telle quete est paradoxale: on ne peut chercher ce qu'est l'essence de l'art sans la presupposer. Aussi d'un point de vue sociologique l'art n'est-il qu'un fait social arbitraire, produit d'une lutte incessante pour la legitimite culturelle. Mais cette analyse est ingrate: l'art est entierement soumis aux determinismes de la selection culturelle. Du point de vue pragmatique, l'oeuvre d'art est une enonciation et l'art, une serie d'enonciations a la fois reglees, dereglantes et reglantes. Cette description est sans doute la plus juste: elle laisse la possibilite de penser, dans l'enonciation d'art, un temps extrarapide de liberte transcendantale et de desinteressement. Mais cette liberte postulee amene a se demander si la question "qu'est-ce que l'art?" appelle bien une description de l'ensemble des phenomenes qui ont ete nommes "art" jusqu'a present ou si elle n'appelle pas plutot un jugement sur ce qui devrait etre nomme "art" - maintenant. Auquel cas, la question devient "qu'est-ce que le beau?" et "ou et quand la question du beau se pose-t-elle?". Comme nous l'apprend kant, le jugement exige ici, n'est pas un jugement de con- naissance et, de ce fait, il n'est pas deductible de ce qui est, ni de quelque concept que ce soit. Pour juger du beau et pour juger, donc, des regles meme du jugement esthetique, il n'y a qu'un fondement, constamment differe, toujours differant: une sorte de sentiment, ni objectif, ni subjectif - la jugeote.