Thèse soutenue

L'égalité en marche : histoire du mouvement féministe en France, 1868-1914

FR
Auteur / Autrice : Laurence Klejman
Direction : Michelle Perrot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 1987
Etablissement(s) : Paris 7

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail retrace l'évolution du mouvement féministe en France depuis sa constitution dans les dernières années du second empire jusqu'à la veille de la première guerre mondiale. Il se donne pour objectifs, d'une part, d'étudier la constitution de ce mouvement en force autonome, mixte et hétérogène et, d'autre part, de montrer l'impact du féminisme sur la société de la belle époque. Florence Rochefort dégage les temps forts et les débats du mouvement entre 1868 et 1890. Laurence klejman poursuit une étude interne et mesure l'étendue du succès du mouvement à travers ses soutiens et ses résultats de 1890 à 1914. Cette période de solidification du régime républicain permet une véritable expansion du mouvement, qui se construit alors en privilégiant son autonomie politique et, grâce au rapprochement de la philanthropie féminine avancée, en mettant l'accent sur la prise en charge de la lutte féministe par les femmes elles-mêmes. Hétérogène, éclate en de multiples groupes, mobilise sur des questions aussi diverses que le droit pour les travailleuses à toucher leur salaire à celui de garder son nom de jeune fille pour les femmes mariées en passant par les droits civils et maternels, le mouvement réussit cependant à imposer l'idée d'indispensables réformes en faveur des femmes. Le nombre des militants et des sympathisants s'accroît de façon significative, la presse militante et nationale diffuse les thèses féministes, relayée par les congrès (1900,1908,1913) et une littérature (romans, pièces) pro-féministe. L'idée est à la mode et, quand se fait l'unité autour de la revendication du vote municipal, à l'été 1914, on est près du but.