Thèse soutenue

À la recherche de George Sand : écriture romanesque et expression de soi

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mireille Bossis
Direction : Michel Crouzet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Littérature française
Date : Soutenance en 1987
Etablissement(s) : Paris 4

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Classée comme auteur secondaire, George Sand se distingue par son personnage et la légende qui l'entoure. Cela procède d'un malentendu que nous avons voulu éclairer en étudiant la totalité de sa production romanesque pour voir comment elle se construisait et se déroulait sur plus de quarante ans et soixante-dix romans d'où n'ont surnagé que les romans champêtres. Pour répondre à nos interrogations, nous avons utilisé la méthode psychocritique de Charles Mauron, en l'adaptant à l'écriture romanesque mais en restant au plus près de l'analyse textuelle. Pour décrire l'écriture romanesque sandienne, nous avons repéré les structures narratives du discours, puis isolé des mécanismes de transformation des situations dramatiques. Nous avons cherché comment le style - notion difficile à cerner - se mettait au service de la fiction. Enfin nous avons écouté le sens du discours romanesque, tant conscient qu'inconscient, alliant l'expression de soi à l'expression d'une époque. Le discours tenu dans les préfaces et dans sa correspondance nous révèle comment George Sand se voyait comme écrivain. Très sensibilisée aux idées utopiques de son temps, elle les a élaborées très consciemment en rêve humanitaire. En revanche, au fil des romans se tissait, plus ou moins à son insu, la représentation mythique de son univers intérieur que nous décomposons en trois niveaux * 1. Le mythe social qui hésite entre le monde du roman populaire et celui du roman bourgeois, et qui essaie d'organiser harmonieusement la société autour de l'idée de nature et de l'art. 2. Le mythe familial qui montre comment George Sand s'imagine les relations de parente et comment sont représentés la femme et l'homme dans leurs rapports. 3. Le mythe personnel que nous avons reconstitué à partir de l'image de l'idole brisée et de la parole donnée. Enfin, rétrospectivement, il nous a semblé que Rose et Blanche, premier roman non revendiqué, était la matrice de l'œuvre sandienne.