Thèse soutenue

Epistème, discours, pouvoir chez Michel Foucault

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mohamed Mustapha Laarissa
Direction : Jean-Toussaint Desanti
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 1987
Etablissement(s) : Paris 1

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail se propose d'étudier trois notions fondamentales chez Foucault : l'épistème, le discours, le pouvoir, comme renvoyant ensemble à des phases différentes dans l'évolution théorique de l'auteur. Il est donc question de poursuivre le cheminement d'une pensée dans ses moments de mutation, voire de crises. Par conséquent, nous avons affaire à une œuvre qui s'est voulue ouverte et en perpétuel déplacement. D'où l'importance méthodologique de "l'archéologie du savoir". Cependant, si un tel ouvrage se révèle fort important pour notre étude, ce n'est pas parce qu'il se donne dans la forme réflexive d'un "discours de la méthode", mais parce qu'il établit un nouvel objet pour l'histoire : le discours, considère ici d'un point de vue différentiel et non plus totalisant comme c'était le cas avec "les mots et les choses". Toutefois, les deux ouvrages butent sur le même obstacle : l'explication réductrice du savoir par le savoir. "Surveiller et punir" et "la volonté de savoir", contourneront admirablement cette impasse en développant l'hypothèse d'une corrélation nécessaire entre savoir et pouvoir, ce qui sera l'élaboration d'un point de vue radicalement nouveau sur le pouvoir : le point de vue relationnel. Seulement Foucault présentera le pouvoir dans sa relation a la résistance (qui lui est opposable) de manière paradoxale : un pouvoir omniprésent, et une résistance qui ne peut se transformer en contre-pouvoir, qu'en devenant elle-même une nouvelle forme de pouvoir. C'est alors que Foucault se trouvera dans l'obligation de faire appel à un troisième axe qui ne soit réductible ni au savoir, ni au pouvoir : l'axe de la subjectivation, tel que nous le présentent les deux derniers ouvrages de Foucault : "l'usage des plaisirs" et "le souci de soi". La pensée de Foucault finira alors par revêtir la forme d'une triple ontologie historique : du savoir, du pouvoir, de la subjectivation (et non du sujet).