Thèse soutenue

Étude du mot "sec" d'après un corpus tiré des enregistrements du T. L. F : théorie de sémantique combinatoire appliquée au mot "sec"

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Irène Vincenot
Direction : Hélène Naïs
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Linguistique
Date : Soutenance en 1987
Etablissement(s) : Nancy 2

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Après une brève présentation étymologique, le mot "sec" est tout d'abord situe dans son contexte paradigmatique (antonymes, synonymes, hétéronymes). Un exposé sommaire des thèses en présence sur la sémantique structurale (Saussure, Hjelmslev, martinet, malberg, Pottier, Greimas) situe par ailleurs la méthode choisie: les occurrences du T. L. F. Sont classées en 14 rubriques, telles que : le monde minéral, le monde végétal, le corps et les comportements humains, arts et styles, etc. On constate que "sec" est souvent accompagné des mêmes contextes adjectivaux ("dur", "cassant", "noir", etc. ) Quels que soient les domaines décrits, ce qui implique certaines affinités fondées sur des traits de sens communs. D'autre part, on peut supposer que ces mêmes adjectifs qui, à première vue, n'ont guère qu'un seul trait minimal de commun avec "sec" acquièrent une similitude de contact, par assimilation sémantique. Il en résulte des synonymies syntagmatiques, susceptibles éventuellement d'être paradigmatisées - comme c'est le cas de "dur", ainsi que l'atteste l'antonymie "sec" "mou", en parlant d'un sol. Ces assimilations sémantiques confirment l'hypothèse d'un certain isomorphisme entre les plans du contenu et de l'expression